Mon expérience chez Textbroker

Ecrire pour Textbroker : un bon début pour les rédacteurs Web

Lorsque je décidai de me lancer dans le monde merveilleux de la rédaction, je commençai par tester mes capacités sur les plates-formes de rédaction. Celle qui fut ma plus grande alliée durant cette période de découverte était certainement Textbroker, lieu de rencontre simple entre auteurs et clients. Laissez-moi vous conter l’aventure de mes premiers pas de rédactrice Web SEO, pleine de mystères et de centimes d’euros.

(J’avoue que cela fait déjà un moment donc je vais être honnête : il risque d’y avoir quelques explications approximatives.)

 

Comment devenir auteur chez Textbroker

 

L’utilisation du site est assez simple : les futurs rédacteurs n’ont qu’à s’inscrire sur la page Textbroker réservée aux auteurs. Suite à cela, il vous sera demandé de rédiger un texte de 250 mots sur le livre de votre choix afin de vous attribuer un niveau, allant de deux à cinq étoiles. Ne soyez pas découragez si vous n’obtenez pas le Graal des cinq étoiles, il semblerait qu’il faille avoir un niveau clairement professionnel pour l’atteindre (et encore…).

Pour information, depuis plusieurs mois, le site ne propose presque que des commandes pour des auteurs quatre étoiles minimum. Donc un petit conseil, renseignez-vous sur la rédaction Web et entraînez-vous avant de vous inscrire sur Textbroker.

Personnellement, j’ai rédigé mon texte d’essai sur « Born a crime » de Trevor Noah (livre génial au passage !). Cela m’a valu le niveau quatre étoiles. J’avoue, j’étais bien contente !

Il vous faudra ensuite compléter votre profil (détail de vos centres d’intérêts, autres textes d’exemple pour les illustrer, langues parlées avec textes à l’appui si vous souhaitez également travailler dans une langue étrangère…). Cela vous permettra d’attirer des clients en commande directe.

 

Les commandes Textbroker : comment ça marche ?

 

Il y a trois types de commandes possibles sur Textbroker :

  • OpenOrder (commande ouverte)

Celles qui sont disponibles pour tous (selon le niveau demandé bien sûr). Ce sont bien sûr celles qui payent le moins. À 1,3 ct/mot, votre clavier va devenir votre meilleur ami si vous souhaitez faire de l’argent !

  • TeamOrder (commande d’équipe)

Pour répondre à ces commandes, il faut que vous fassiez partie d’une équipe. Pour cela, il faut postuler en vous présentant et en vous vendant auprès des groupes de rédaction présents sur le site. Selon les équipes, le prix au mot peut varier (mais il sera certainement plus élevé que pour les OpenOrders).

Dans mon cas… Franchement, je n’ai jamais réussi à intégrer une équipe… Mais cela va peut-être de pair avec le fait de (SPOILER ALERT) ne jamais avoir été évaluée.

  • DirectOrder (commande directe)

Comme son nom l’indique, ce type de commande permet aux clients de vous contacter directement. Vous pouvez instaurer vos tarifs et là, vous entrez sérieusement dans le game !

Le fait d’avoir intégré certaines équipes permet d’avoir un rapport certainement privilégié avec les clients qui par la suite sont susceptibles de vous contacter… Enfin… c’est ce que j’ai entendu ! Dans mon cas, (SPOILER ALERT) pas d’évaluation, pas d’équipe, pas de commande directe.

Briefs, thèmes et mots-clés

Bon, si vous n’avez pas encore écrit sur Textbroker, vous verrez : les clients vont faire n’importe quoi dans les briefs ! Mais ne paniquez pas ! Ça sera un excellent exercice pour la suite de votre carrière de rédacteur.

D’abord les mots-clés. Sur la plateforme, on demande aux clients de préciser les mots-clés qu’ils souhaitent voir dans leur texte et le nombre de fois qu’ils doivent y apparaître.

Fautes d’orthographe, majuscules, nombre de mots-clés improbables… Malheureusement tout y passe ! Et le souci est que vous devez inclure ces termes tels quels dans le texte. Oui, ça va être douloureux.

Concernant les thèmes, n’ayez pas peur d’écrire sur des sujets qui ne vous parlent pas du tout. C’est un excellent exercice, car vous ne savez ce que vos futurs clients vous réservent ! Cela vous poussera à effectuer des recherches, si nécessaire, et/ou simplement à faire preuve d’imagination.

Personnellement, je n’aime pas les pieds. L’été et les tongs sont un supplice pour moi. J’ai pourtant écrit des textes pour des podologues… Inutile de préciser que quand il a fallu faire des recherches, j’ai maudit Google Image…

Si un brief vous semble illogique ou un client vous paraît injuste après avoir refusé votre texte, n’hésitez pas à contacter le service auteur de Textbroker. Les retours sont rapides et les équipes à l’écoute !

Les conditions Textbroker

Je vous vois venir : « c’est cool, je n’ai qu’à garder mes clients Textbroker au moment de me lancer à mon compte ! ».

C’est une super idée… Si vous voulez vous retrouver avec un procès !

En vous inscrivant sur une plateforme de rédaction, vous passez un accord avec la société qui vous emploie, en l’occurrence Textbroker. Celui précise qu’IL EST INTERDIT DE VOLER LES CLIENTS ! Vous n’avez pas à les contacter par email, téléphone, DM ou peu importe. La plateforme de rédaction est faite pour faciliter les échanges. Elle vous permet de travailler et offre un service à moindre coût à ses clients. SES clients. Donc allez chercher les vôtres, ne soyez pas fourbes !

Paiement Textbroker (la thune, le dinero, l’oseille)

Le paiement s’effectue le vendredi, à condition d’avoir cumulé au moins dix euros et d’avoir fait la demande de versement le jeudi précédent à 23h59 au plus tard.

En toute honnêteté, si vous êtes rapides et efficaces, vous pouvez facilement gagner quelques centaines d’euros par mois s’il y a des commandes (ce qui n’est pas toujours le cas).

 

Les évaluations Textbroker

 

Personnellement, c’est là que j’ai eu un petit problème. Ce n’est pas que mes évaluations étaient mauvaises ou injustes. C’est juste que… je n’ai jamais été évaluée !

Plus précisément, je n’ai été évaluée que sur les trois premiers textes. Et ce, parce que je l’ai demandé ! En effet, sur Textbroker, vous ne pouvez pas répondre à de nouvelles commandes avant que vos trois premières productions n’aient été étudiées par l’équipe de correction. Ce qui est tout à fait pertinent. Malheureusement, cela n’a été le cas pour aucune de mes autres commandes.

Du coup, je n’ai jamais pu atteindre un niveau cinq étoiles (si jamais je le méritais), ni n’ai pu avoir un avis précis pour me permettre de m’améliorer.

Les retours clients

Si je n’ai eu que très peu d’échanges avec mes clients Textboker, je dirai que les interactions se résument de la façon suivante :

  • Retours d’articles à réécrire avec une petite note (cela m’est arrivé deux fois)
  • Évaluations clients (la note EC à côté du texte rédigé dans l’onglet statistique)

Ce n’est pas obligatoire (et même plutôt rare), mais les clients peuvent évaluer la prestation des auteurs sur quatre critères : spécialisations et mise en application, orthographe et grammaire, expression et lisibilité, communication et fiabilité. Ils ont également la possibilité de laisser une appréciations (ce qu’ils font encore plus rarement). Mais quand ils le font, franchement, ça fait plaisir !

En résumé, pour moi Textbroker est une bonne plateforme pour s’entraîner et sortir de sa zone de confort en se poussant à écrire sur des thèmes variés. De plus, même si ce n’est pas énorme, il est toujours agréable de voir son travail rémunéré !

2 commentaires sur “Mon expérience chez Textbroker”

  1. bonjour a vous, j’ai eu un probléme lors de ma remise du texte d’inscription, quand je copie le texte que j’ai ecrit sur ” Word”, je perd les titres et les caractére mis en gras lorsque je le colle sur le l’espace texte du site. Du coup je n’arrive pas a remettre mon texte d’inscription.
    merci de bien vouloir m’aider

Laisser un commentaire