DécouraGens : Entrepreneurs, n’écoutez pas les haters !

Ne faites pas attention à ceux qui tentent de vous décourager

Comment de devenir entrepreneur quand on est constamment confronté aux critiques et avis des autres ? Voici une liste non exhaustive des personnes qu’il vaut mieux ne pas croiser quand on se lance dans la vie entrepreneuriale.

Le « Je-ne-prends-pas-de-risque » alias Le Confortable

Il s’agit de la personne qui ne bougera sous aucun prétexte de sa zone de confort. Et bien sûr, si vous êtes en couple avec ce gars ou cette fille-là, ne comptez pas sur votre partenaire pour être votre plus grand soutien. Pour ces gens-là, le facteur risque est bien plus important que le facteur expérience. Mettre toutes ses économies dans un business qui peut couler du jour au lendemain relève de la folie. Malheureusement, Monsieur et Madame « Je-ne-prends-pas-de-risque » n’ont pas conscience que de toute façon, rien n’est sûr. Le coup de poker, l’adrénaline, le quitte ou double, ils les évitent comme la peste.

Entrepreneurs, ne vous laissez pas décourager !Le « Je-n’ai-jamais-eu-de-boulot-mais-j’ai-une-grande-bouche » alias l’Audacieux

Alors celui-ci, c’est mon préféré. Il s’agit de ce mec (je vais parler au masculin parce que je pense à beaucoup, beaucoup d’hommes en particulier) qui a l’audace de vous prendre de haut tout en parlant de ce qu’il aurait fait à votre place. Mais ce qui est génial avec ce garçon, c’est que cela fait plus de dix ans que vous le connaissez et qu’il n’a presque jamais travaillé. Non pas parce qu’il ne trouvait pas ou ne pouvait pas. C’est simplement parce qu’il vit au crochet de sa famille ou de sa meuf… à  35/40 ans.

Le « Je-ne-te-connais-pas-mais-je-sais-déjà-que-ce-que-tu-fais-ne-sert-à-rien alias Le Condescendant

Vous savez, cette personne que vous rencontrez, à qui vous allez naïvement dire ce que vous faites dans la vie… et qui réagira au choix avec un sourire en coin, un roulement d’yeux ou une expression de surprise suivie d’interrogations sur ce que vous faites qui ressembleront plus à des attaques. Avec pour conclusion de la part de votre interlocuteur que, mouais, ce que vous faites ne sert à rien. Non, vous ne voyez pas ? Et bien, amis entrepreneurs, vous le verrez bien assez tôt. Mais quand cela arrivera, n’oubliez pas de demander à cette personne ce qu’elle fait. Souvent, cela cache un bon gros complexe d’infériorité.

Petit cas concret : un agent immobilier, ami d’une amie, à qui j’ai dit que je me lançais dans la rédaction Web. Sa réaction (alors qu’il ne connaissait pas le métier) avant que je ne lui explique : « ça ne sert à rien si tu ne crées pas les sites toi-même ». Puis je lui ai demandé s’il était propriétaire, en tant qu’agent immobilier ayant plus de 10 ans de carrière. Sa réponse a été négative et sa gêne bien palpable.

Le « Tu-as-déjà-pensé-à ? » alias L’Assistant

Celui-ci n’est pas forcément méchant car son problème est qu’il veut aider. Il n’y a rien de mal à aider me direz-vous. Vous avez tout-à-fait raison… Et pourtant…

Cette personne va avoir tendance à vouloir vous soutenir en vous donnant des conseils sur votre propre domaine d’expertise. Et là, on commence à être agacé. Imaginez-vous un ingénieur en aéronautique qui se voit donner des conseils sur la conception d’un avion par un professeur de violon.

Des « j’ai lu que », « j’ai vu que », « t’as pensé à », « untel a fait d’une autre façon », « mais pourquoi tu ne veux pas faire ça »… Que vous soyez à fond dans un projet, une recherche d’emploi ou un business, ces gens, qui pourtant sont remplis de bonnes intentions, vous feront simplement perdre du temps. Pire : ils impliquent que nous justifiions de nos choix. « Je suis au courant, mais ce n’est pas exactement ce que je fais. Je connais, j’y songe mais pour le moment j’ai beaucoup d’autres choses à faire. Untel a fait ça ? Eh ben c’est son problème ! »

Le « j’ai eu un business complètement différent, mais je suis plus âgé que toi donc tu vas m’écouter petit con !!! »

Là, c’est souvent le grand père maternel de ta nièce, l’oncle de ta pote, la marraine de ta cousine, bref, des personnes qui ont de l’expérience. Alors apprendre de l’expertise de ses aînés, c’est bien, sauf quand leur façon de travailler de l’époque n’a plus rien à voir avec la vôtre.

Marketing digital, rérérencement, réseaux sociaux… Autant de facteurs donc l’importance est aujourd’hui indéniable et qui pourtant seront incompris par ces grands sages qui ont réussi à une époque où on utilisait encore le minitel.

Du coup, malheureusement, leurs conseils se révèlent très vite obsolètes et ils ne comprennent quand même pas pourquoi on ne veut appliquer leurs stratégies.

Le « donc-concrètement »  alias Ta maman apparemment

C’est la personne qui vous demande presque de lui faire une présentation PowerPoint de votre business plan. Cela peut être un proche comme le mec de votre pote que vous n’avez vu que deux fois en quinze ans. Mais certaines personnes estiment être assez importantes pour que vous ayez à leur expliquer ce que vous faites et tout votre processus de réflexion. Finalement, cette personne regroupe l’ensemble des lourds précédents.

La réalité est que vous n’avez à justifier de vos choix à personne. Votre projet, vos plans, vos idées… Ils n’ont qu’à trouver les leurs ! Contactez-moi pour vous aider à rédiger les contenus vos sites.

“Unless they payin’ your bills, pay them bitches no mind !” – Rupaul

3 commentaires sur “DécouraGens : Entrepreneurs, n’écoutez pas les haters !”

  1. Ping : L'inspiration par le voyage - Rédactrice web SEO

  2. Ping : Ecrire pour le Web : Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités

  3. Ping : Démissionner pour créer son entreprise : comment avoir de l'argent ?

Laisser un commentaire