L’abécédaire de l’entrepreneur

Devenir entrepreneur est à la portée de tous !

Récemment, en trainant sur la page Facebook d’un groupe d’entrepreneurs, j’ai constaté que, peu importe le domaine, les créateurs d’entreprise partagent les mêmes réflexions, les mêmes doutes, les mêmes questions. J’ai donc décidé de faire un abécédaire de l’entrepreneuriat (oui, c’est mon côté ringard).

A comme Autoentrepreneur

Ah cette bonne vieille autoentreprise (maintenant micro-entreprise). Moyen le plus simple de se mettre à son compte si on n’a pas des revenus énormes pour commencer. Pas plus de 5000 euros par mois. Deux trois inscriptions à l’URSSAF et compagnie et on est bon. Ah oui, et environ 25% des revenus amputés tous les mois. Ça picote, mais c’est la vie d’entrepreneur bro’ !

B comme Business

Quel que soit votre domaine, ce que vous proposez est de l’ordre du business. Activité commerciale ou prestation de service, on est dans l’offre est la demande. Vous allez devoir négocier et on va essayer de marchander avec vous. Mais faire un geste commercial n’implique jamais de se brader.

C comme Cojones

Parce qu’il faut en avoir de grosses pour quitter sa zone de confort et se mettre à son compte. Qu’il s’agisse de quitter son entreprise ou changer de voie. Croire en ses capacités et en son produit passe par une bonne dose de confiance en soi.

D comme Démission

Démissionner pour créer son entreprise… Si c’est de plus en plus fréquent, cela reste néanmoins surprenant pour certaines personnes (qui font souvent partie de l’entourage malheureusement). C’est presque dire au revoir à une vie pour en commencer une autre, beaucoup moins certaine… Mais tellement stimulante !

E comme Entreprendre

Selon le dictionnaire Larousse, entreprendre, c’est « Commencer à exécuter une action, en général longue ou complexe ». En résumé, l’entrepreneuriat n’est pas un voyage simple mais une véritable aventure, bourrée d’obstacles, de challenges, parfois de déceptions, mais également de succès, de dépassement de soi et d’apprentissage.

F comme Freelance

Devenir freelance, c’est opter pour une certaine forme de liberté. Choisir ses clients, ne plus répondre à un boss… Mais c’est aussi faire face à plus d’administratif, devoir expliquer ses tarifs et compter presque uniquement sur soi-même en permanence. La vie de freelance n’est pas une vie de flemmard !

G comme Gérer de A à Z

Administration, prospection, matériel… Créer sa société, c’est s’occuper de tout. Parce que même si vous sous-traitez certains aspects, vous ne pouvez pas vous permettre de fermer les yeux. Charte graphique, brief, mood board, vous devez exposer votre vision de façon claire à vos prestataires afin qu’il n’y ait pas de mauvaise surprise. Vous ne pouvez pas vous plaindre si vous n’expliquez pas ce que vous avez en tête…

H comme Haters

Eh oui, ça va parler. Dans votre dos, sur ce que vous faites, et vous êtes fous, et ça ne marchera jamais… Alors c’est vous qui vous êtes pris la tête à faire une étude de marché, à vous former et à faire un business plan béton. Si on vous a prêté de l’argent, c’est peut-être parce que votre projet et plutôt sensé ! Il y aura toujours des gens pour donner leur avis, mais ceux qui critiquent sont rarement ceux qui font.

I comme Infopreneur

Il s’agit là des entrepreneurs de l’information. Un infopreneur peut ainsi créer une entreprise notamment via un blog d’information, des formations, des conférences…

J comme juridique

Surtout, ne négligez pas le juridique ! Utilisation de documents audiovisuels qui ne vous appartiennent pas, non-respect de clauses de contrat, vente de produits interdits sur le territoire, absence d’autorisation officielle ou encore publicité mensongère… La moindre négligence ou omission peut se payer très cher. N’hésitez pas à faire appel à des professionnels, les conséquences peuvent être beaucoup trop importantes.

K comme Kbis

La carte d’identité de votre entreprise. Pour info, certains entrepreneurs n’en possède pas, notamment pour les professions libérales, non soumises à la TVA.

L comme Liberté

La liberté a un prix ! Elle implique beaucoup de travail et de motivation, mais elle permet de rentrer chez soi à l’heure que l’on souhaite, d’adapter son emploi du temps, de faire ce que l’on aime. Et ça, ça n’a pas de prix !

M comme Mompreneur

Petite dédicace aux mamans, en particulier aux mères célibataires qui se mettent à leur compte et peuvent continuer à être présentes pour leurs enfants tout en étant à la tête de leur propre entreprise. Ce n’est pas mompreneur qu’il faut dire. Mais Superwoman !

N comme Nomadisme digital

Pour ceux qui peuvent (et veulent) travailler n’importe où ! Que vous soyez artiste, développeur, rédacteur Web, etc., le nomadisme digital est un fantasme de voyageur. Déplacer son travail quand on veut, où on veut, c’est le rêve que de plus en plus de personnes réalisent chaque jour.

O comme Oser

Devenir entrepreneur implique très souvent de sortir des sentiers battus. Se montrer, faire des interventions publics, faire du marketing digital… Il est déterminant d’élargir sa zone de confort parce qu’il n’y a pas le choix. Ce que vous ne ferez pas, personne d’autre le fera pour vous.

P comme Pôle emploi

Qu’il s’agisse d’indemnités, de financement de formation ou même de réunions d’information, ne soyez pas cynique concernant Pôle emploi. N’hésitez pas à étudier les possibilités qui s’offrent à vous via l’organisme. (Quand j’ai su que le Rotary club passait par là pour recruter, je me suis dit que tout était possible…)

Q comme Qualification

Si vous vous lancez dans un domaine que vous ne maîtrisez pas entièrement, faites en sorte d’être crédible dans votre profession. Formez-vous sur tous les aspects de votre nouveau métier, et/ou faites appel à des professionnels. Vendre des service et des produits proposés par des personnes qualifiées est une marque basique de respect pour vos clients.

R comme Réseau

Là, je parle des réseaux professionnels. Au-delà de LinkedIn, n’hésitez pas à assister à des réunions de professionnels, de votre domaine ou non. Une opportunité se cache derrière chaque rencontre.

S comme Statut

Micro-entreprise, SASU, SAS, SARL… Le choix du statut juridique est une des premières décisions déterminantes pour les entrepreneurs. Encore une fois, n’hésitez pas à vous rapprocher de professionnels pour définir la solution qui vous correspondra le mieux.

T comme Talent

On a tous un talent ! En faire son métier, et encore mieux, son business est un vrai moyen de vivre sa vie pleinement !

U comme URSSAF

L’URSSAF (Union de recouvrement des cotisations de la Sécurité sociale et d’allocations familiales) a pour principales missions :

  • Assurer la collecte des cotisations  – auprès de 9,4 millions de cotisants – avec efficacité et équité en respectant un juste équilibre entre recouvrement et prise en compte de la situation économique des entreprises
  • Contrôler pour garantir l’égalité de traitement
  • Informer et sécuriser juridiquement les cotisants
  • Préserver les droits des salariés et lutter contre l’évasion sociale
  • Mettre à disposition les fonds collectés de façon rapide et efficace

(source : https://www.acoss.fr/home/lacoss-et-les-urssaf/qui-sommes-nous/le-reseau-urssaf.html)

V comme Voyage

Littéralement et métaphoriquement. L’entrepreneuriat est un voyage incroyable qui, quoi qu’il advienne, est une expérience unique qui permet d’évoluer dans tous les aspects de son existence.

W comme WHAT THE F*** ?

Parce que c’est ce que beaucoup de personnes vont penser lorsque vous allez parler de votre projet. Vos proches, le banquier… Et même vous-même parfois ! Le tout est de se poser les bonnes questions. Après tout, chacun sait ce qui est mieux pour soi !

X comme Xperience

(Oui, j’abuse, déso !). Quoi qu’il arrive, l’entrepreneuriat est une (e)xpérience qui ne peut être que positive. On apprend sur soi-même, on dépasse ses limites. Peu importe l’issue, cela vaudra le voyage.

Y comme Yes Man !

Comme le livre (et surtout le film, désolée, je ne connais que cette version), il faut savoir être ouvert aux opportunités !

Z comme Zorro

J’allais mettre “Z comme Zen », mais c’est trop facile. Alors oui, il faut rester zen, mais il faut aussi que vous soyez votre propre héros. Vous êtes votre propre Zorro, car vous vous sortirez seul de beaucoup de situations, même si certaines vous paraîtront parfois insurmontables.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire